La place des femmes dans l’informatique

L’informatique est en France, l’un des secteurs qui recrute le plus. L’écart des salaires entre hommes et femmes est dans ce secteur, l’un des plus faibles (9 %, contre 16,3 % en moyenne sur l’ensemble du marché). Les femmes ne représentent que 25% des salariés de l’informatique et seulement 13% des effectifs des écoles d’ingénieur spécialisées. Un paradoxe puisqu’il y a 70 ans, la programmation des premiers ordinateurs étaient confiée à des femmes. Face à ce déséquilibre, les acteurs du web se mobilisent. Objectif : inciter les femmes à s’orienter vers l’informatique et le numérique, un secteur porteur.

Malgré ces avantages objectifs, très peu de femmes postulent pour obtenir ces emplois. Le taux d’emploi de femmes en informatique est seulement de 25 %, ce qui en fait l’un des secteurs les moins féminisés, avec la mécanique, la métallurgie, l’équipement électrique et électronique, l’automobile et l’aéronautique. Cette proportion se réduit encore lorsqu’on examine les postes de direction informatique (10 %), les ingénieurs réseau (9 %) ou l’informatique industrielle (14 %).

Cette pénurie de candidates provient essentiellement d’un déséquilibre constant dans les filières de formation. Si les femmes représentent 40 % des effectifs au Lycée, et obtiennent de meilleurs résultats que les hommes dans les filières scientifiques, elles ne sont plus que 20 % à s’orienter vers les métiers scientifiques post Baccalauréat. Et cette tendance ne s’améliore pas. Selon l’étude “MutationnElles 2011” réalisée par Global Contact, “la filière des Services et Technologies de l’Information et de la Communication (…) attire moins de candidates qu’il y a trois ans : moins 5 % d’effectifs de femmes formées entre 2007 et 2010”.

L’informatique, comme les sciences en général, l’automobile, l’aéronautique et la mécanique n’attirent pas les jeunes femmes, peut-être à cause de leur éducation. Des études nombreuses, notamment citées par des ouvrages consacrés au sexisme, ont démontré que les stéréotypes orientent les fillettes vers des activités définies sous le terme de “care”.
Les métiers d’ingénieur, en informatique ou non, attirent généralement moins les femmes pour diverses raisons. Selon “MutationnElles”, les réticences des jeunes femmes à s’engager dans ceux-ci sont les suivantes :

– Manque de souplesse entre vie professionnelle et vie privée
– Faible présence des femmes dans les plans de promotions
– Manque d’accompagnement avant et après le congé maternité

“La féminisation du métier d’ingénieur continue de régresser”, conclut cette étude. Plus globalement, la proportion de femmes cadres/ingénieures a diminué depuis 2008, passant de 17 % à 16 %, alors que le nombre global d’emplois de ce type augmentait durant la même période.

La tendance semblerait s’inverser si l’on étudie de plus près le taux d’emploi des femmes ingénieures par secteur d’activité. La filière numérique est devenue la première en termes de recrutement : 14 % des emplois contre seulement 11 % dans l’agroalimentaire et 10 % dans la chimie.

Pour attirer davantage de femmes dans l’informatique, il faudrait modifier l’image des multiples filières existantes, des écoles d’ingénieurs, des formations en alternance ou en apprentissage.

Mais il revient également aux entreprises de modifier les mentalités, de casser les codes sexistes, de respecter l’égalité et la parité. Des critères de recrutement dits “normaux”, en évitant de mettre la femme sur un piédestal, de la choisir pour son physique ou son charme. C’est en jugeant les candidats sur leurs expériences, leurs idées, leur implication, leur détermination, sans discrimination, que le recruteur tentera de rétablir l’équilibre entre les hommes et les femmes au sein de l’entreprise, tout en espérant que de plus en plus de femmes choisiront la filière informatique.

Nahida Bendroh

by Nahida Bendroh on August 11, 2017

posted on Digital marketing, IT France, Miscellaneous,